Formation

  1. Intégrer des modules en éducation interculturelle dans les différents cours (BA, MA, BSc, etc.) déjà proposés par l’Open University of Mauritius.
  2. Proposer des Certificats / Diplômes autonomes en formation interculturelle.

 

La formation à l’interculturalité se présentera dans un premier temps sous la forme de modules ciblés qui seront intégrés aux MBA habituels actuellement proposés par l’OU dans des domaines aussi variés que les sciences ou l’administration ainsi que dans le cadre du BA de français, d’anglais ou d’espagnol. Dans un second temps, un programme autonome donnera lieu à l’obtention d’un diplôme en formation interculturelle, très utile pour les diplomates ou hommes d’affaires qui sont amenés à œuvrer dans différents pays, ainsi que dans le secteur social pour tout ce qui relève de la médiation interculturelle. Le diplôme, et le curriculum qui le précède, sont conçus en collaboration avec l’université de la Réunion mais Kaviraj Sukon nous précise qu’à terme, l’objectif est que le CRI devienne un centre d’excellence pour toute la région, qui sera donc amené à travailler avec ses différentes universités à La Réunion comme à Madagascar par exemple.

Les travaux marquants du centre donneront lieu à des publications imprimées, tandis que son site internet servira de plate-forme de liaison entre les chercheurs locaux et internationaux pour qu’ils puissent travailler ensemble. « L’intérêt de Maurice pour ce Centre de recherche sur l’interculturel, insiste Issa Asgarally, est de pouvoir réunir les mondes francophone et anglophone autour de ses activités. Le site internet mettra en relation des chercheurs du monde entier. Nous souhaitons aussi inciter et aider les chercheurs en interculturel à intégrer les résultats de leurs travaux dans les programmes pédagogiques à tous les niveaux. »

À côté de ses activités continues de formation et de recherche, le centre va développer un troisième volet d’activités que nos interlocuteurs appellent les rencontres interculturelles, pour que le centre ne reste pas dans une tour d’ivoire et qu’il établisse des liens avec le grand public et se fasse entendre dans la société. Dans cette optique, Issa Asgarally a d’ores et déjà contacté les directeurs des différents centres culturels pour leur proposer des activités ouvertes à toutes les communautés. Le même genre de démarche pourrait avoir lieu avec les speaking unions et le Conseil des Religions.

CERTIFICAT

Certificat en éducation et mèdiatique Interculturelle appliquée (cemia)